Carnon, des rives sauvages aux douces plages

Carnon, cité balnéaire

Le grau de Carnon et l’étang de Mauguio, ont d’abord été convoités pour le transport des marchandises et la pêche. Les plus vieilles habitations de ce territoire longtemps resté sauvage, sont les cabanes de pêcheurs de Carnon, près de Pérols.

DunesLe développement de la station balnéaire telle que nous la connaissons aujourd’hui, a connu ses balbutiements à la moitié du XIXe siècle avec l’aménagement du Canal du grau de Pérols.
Carnon s’est créée au rythme des inventions de transports qui ont amélioré d’une part le trajet Montpellier-Carnon, et d’autre part le passage de la rive gauche à la rive droite du canal.
 En 1830, le premier bac payant voit le jour sur les rives de Carnon. Chargé de transporter les charrettes, les passagers et leurs bagages d’une rive à l’autre, il lancera les prémices du tourisme jusqu’en 1921, date de la création du pont définitif. 

Les premiers touristes ont été les étudiants de Montpellier et les commerçants venus en famille. Carnon-Plage, alors appelé Carnonville-la-Mer, voit apparaître sur ses dunes, les ombrelles des femmes et les maillots à bretelles des hommes. 

Dès 1859, les établissements de bains de mer, les cafés, les restaurants et les chalets lancent le tourisme à Carnon. Les terrasses ombragées, le calme raffiné et la sérénité, commencent à attirer les vacanciers de la France entière, qui apprécient de se prélasser sous la fraîcheur de l’ombre d’un arbre dans le Parc Bosquet datant du XIXe siècle, ou de siroter une limonade fraîche sur les planches d’une cabane de plage. 

CarnonCarnon est alors considérée comme la station réservée à l’élite montpelliéraine. Le flux touristique sera accéléré par la création de l’Omnibus de 1907 à 1909, une diligence de vingt places tirée par des chevaux, permettant le transport des voyageurs de la Place de la Comédie (à Montpellier) au canal de Carnon ; ainsi que par l’arrivée de la ligne de bus quotidienne Montpellier-Carnon en 1933.

La population de Carnon augmente et ce malgré les dégâts de la seconde guerre mondiale. La reconstruction a permis la création d’un nouveau pont, d’une piste de danse, du château d’eau amenant l’eau courante à Carnon en 1956, et plus tard, l’aménagement du port de plaisance dans les années 70.

Le temps de l’insouciance s’impose désormais. Carnon devient véritablement une station touristique incontournable du littoral languedocien.

L’ouvrage Raconte-moi Carnon  est en vente à l’Office de Tourisme de Carnon.
Prix 4,50 €